20130120

Humour involontaire, La Provence, lectorat en Andalousie ?

Andalosas o provençalas

Peut-être que l’ignorance n’est pas le point commun avec le marketing à La Provence et son Lectorat ; ou peut-être que La Provence ne connait pas son public, son lectorat ?…

20130116

31 parla del 13

Comment peut-on parler de "Marseille 2013 cité culturelle européenne", le blòg Democracia per Occitània en parle : alors lo 31 parla del 13... Ce blog toulousain en langue occitane se questionne sur l'absence de la langue occitane dans ce spectacle grand public et grande dimension dans la plus grande ville d'Occitanie, en Provence. Peut-on avoir des subventions et penser une politique culturelle sans l'occitan en Occitanie ? L'Union Européenne aidera ainsi une manifestation qui, pour la première fois en Europe, aura oublié la langue historique, ici celle de Marseille/Marselha (qui est aussi celle de Tolosa), alors que les Institutions Européennes demandent aux gouvernements français de signer la Charte Européenne des Langues Minorées !...

Marselha 2013

Extrait de Libération publié samedi.

20130114

Paura Marselha 2013

Marselha 2013

Marseille 2013 capitale culturelle européenne.

20130111

Tribune Libre : réponse à Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche, a fustigé jeudi la «machine à déchiqueter la République» que serait le projet de décentralisation porté par le gouvernement socialiste. Il a présenté le projet de décentralisation du gouvernement en disant :
"il serait absolument inacceptable que l’on mette le doigt dans la machine à déchiqueter la République que serait la loi à géométrie variable, telle que l’ont suggéré quelques-uns des plus éminents dirigeants de l’actuel gouvernement ou de leurs soutiens parlementaires... Nous n’accepterons pas que la loi votée par tous s’applique différemment, voire ne s’applique pas, selon que l’on vit en Aquitaine ou en Bretagne, que l’on vit dans la région Paca ou dans le Grand Est ... Ce serait une régression de la France vers le système féodal, déjà si largement entamée», a-t-il estimé, dénonçant ce qu’il a désigné comme des «institutions de potentats locaux ... Nous trouvons incroyables que des dispositifs aient permis de changer les frontières des régions et qu’on fasse, non seulement rien contre, mais qu’on l’approuve».

Le co-président du Parti de gauche voit ainsi dans le projet de décentralisation, et notamment «cette foucade de grande région Alsace», créée «par la fusion de toutes les collectivités locales qui se trouvent là», la marque d’"un retour à l’explosion du territoire, des compétitions des uns contre les autres qui ont ruiné l’unité des peuples et des travailleurs dans les pays voisins».
Pour notre part, nous avons confirmé lors d'un récent conseil fédéral le choix de EELV pour moderniser la France à travers le fédéralisme différencié.
Oui M. Mélanchon, c'est une France diverse dans une Europe diverse intégré dans une terre de diversité culturelle et linguistique que nous souhaitons.
Oui M. Mélanchon, une France fédérale dans une Europe fédérale, tel est l'avenir de notre pays.
Oui nous ne voulons plus de cet état hypercentraliste et injuste qui a conduit à une extrême inégalité des territoires avec une concentration des richesses, des savoirs, des médias, des sièges sociaux, des pouvoirs dans une capitale hypertrophiée.
Jean-Charles Valadier
adjoint EELV maire de Toulouse

idèa pels militars espanhòls

E als militaristas franceses d’esquèrra.

Tribuna liura

La F.E.L.C.O. reagís al "Manifeste occitaniste" en fasent un "Manifeste franciste":

FELCO
"Manifèst occitanista – comunicat FELCO en seguida de son AG del 15 de decembre 2012

La FELCO a recebut lo Manifeste occitaniste, signat de David Grosclaude e Guilhem Latrubesse.
Naturalament, cadun es liure de se li associar o non.
Coma tala la FELCO, associacion professionala, a pas a préner partit, e d'impausar que que sia als ensenhaires del public que racampa. Nos contentarem doncas de quauques remarcas generalas.
- Dins lo manifèst caupon de causas que naturalament, pòdon pas èstre negadas per los que son engatjats dins un combat per la reconoissença de l'occitan. Qual poiria èstre contra lo refus de l'uniformizacion culturala ?
Mas partejar aquela posicion umanista implica pas que tot lo mond pòsca aderir a las preposions concretas del manifèst. Una presa de posicion de natura politica implica per necessitat l'adesion a un projecte de societat, que totes los que son estacats a la lenga son pas cogits de partejar. Es pas possible de far coma se l'engatjament al servici de la lenga significava l'adesion a una vision comuna de çò que deu estre l'accion politica e sociala. En se, la revendicacion per la lenga es pas, e pòt pas èstre, un projècte de societat dins totas sas implicacions. Vòl dire que coma tal, « l'occitanisme » existís pas. I a d'occitanismes, çò es de sectors de l'accion per la lenga occitana que menan lor accion dins de sectors particulars, que se trache de sectors d'activitat (cultura, creacion, edicion, medias, animacion culturala, ensenhament public, ensenhament associatiu, accion politica...) o de sectors geografics. La varietat dels engatjaments e de lors implicacions en societat fa que degun es pas abilitat a parlar al nom de totes, sens aver premier de tot consultat las diversas compausantas del païsatge occitan, sens presumar a priori de çò que deu èstre lor opinion. Es malastrosament çò que s'es tròp sovent produch.
- La particularitat de l'espaci occitan, sa benediccion e sa malediccion a l'encòp, es sas dimensions. Lo manifèst parla del « territòri ont a viscut e viu la lenga d'òc » de las Alpas als Pireneus -la trentena de despartiments que se ne parla totjorn. Mas designa coma actors privilegiats de tota accion per la cultura d'òc las institucions regionalas ara existentas, e que correspondon a de territòris particulars que pas cap de ligason institucionala los religa als autres que partejan la meteissa lenga. En l'abséncia d'una vertadiera coordinacion institucionala entre las regions d'òc, es clar que caduna risca d'aver (a dejà) sa politica pròpria, que dins l'ipotèsi, pas brica assegurada, qu'implicarà un engatjament per la cultura del luòc, pas res garantís que serà coordonada e coherenta amb la politica de sas vesinas. Foguèsse lo cas, se sabria.
- Daissam naturalament de caire la question dels mejans que las regions ne poiran dispausar. La politica dels ans passats es estada de limitar al maximum las dotacions de l'Estat cap a las collectivitats localas, après de lor aver levat una part de las ressorças proprias que podian aver, avans ; e aquesta politica sembla pas remesa en causa. Cal veire de pròchi dins lo projecte Lebranchu çò que la reforma anonciada per las collectivitats localas cambiarà, o pas, a l'estat actual. Mas es delicat d'anticipar tre ara, sul mòdi de l'acte de fe decentralizatritz. Per çò que tòca l'ensenhament public, sabèm tròp las diferéncias entre las diversas regions, e, de còps que i a lo refús de tala o tala de far que que sia, o la tendéncia de tala o tala de considerar que sa lenga de referéncia es pas la de las autras, per pas nos pausar de questions sus las consequéncias que podria aver una devolucion sens precaucions de la politica linguistica per l'òc a de regions que tròp sovent an pas de vision de la lenga en defòra dels confins de lor territòri.
Brèu, entre las distorsions entre regions e lo gròs ponch d'interrogacion suls mejans, aquesta devolucion nos pareis potencialament mai dangeirosa que non pas profechabla per l'ensenhament public, es a dire per lo que, tot comptat rebatut, racampa lo mai grand nombre d'escolans concernats per l'occitan. Es una divergéncia màger amb lo manifeste.
- Sus la question dels departaments, lo manifèst afortís : « Nous sommes favorables à la suppression des départements. » Sus aquela question tanpauc, avèm pas d’opinion coma FELCO. Nos demandam pasmens cossí pòt èsser conciliabla amb una opinion publica en general estacada a son departament… Risca tanben de metre l’occitanisme cultural en dificultat pertot ont los departaments son sollicitats e son actius dins son sosten a nòstra cultura. Rampelam que la tendéncia es a completar las convencions Rectorats / Regions, per de convencions amb los departaments. Enfin, una tala presa de posicion risca de copar l’occitanisme de sas relacions amb mantun elegit.
- Aquò vòl pas dire que cap d'accion comuna es pas possibla entre las diversas compausantas de la movéncia "occitanista". Mas significa que cal saber a quente nivèl la convergéncia es possibla. Lo manifesta prepausa una via, e doncas la construccion d'una instància collectiva al servici d'aquesta accion. Lo problèma es qu'una instància aital existis jà, potencialament, pro qu'un decide de la far foncionar : es la coordinacion Anem Oc.
- Es la coordinacion que sus una basi clarament limitada al camp cultural a sabut dins los darrièrs ans organizar las manifestacions de Besiers, Carcassona, e Tolosa. S'i retrobavan las associacions pan-occitanas las mai representativas. La FELCO avèm sempre pensat, e dich, que Anem òc podia pas èstre soncament una estructura organizatritz de manifestacions bi-annualas.
Devia tanben èstre lo luòc de debat e de projeccion vers l'avenir racampant las diversas compausantas del moviment cultural, per tal de definir d'objectius comuns, de revendicacions partejadas, e las accions collectivas que se podian menar sus la basi d'aqueles objectius comuns. La FELCO, coma tala, es lesta a participar a la reflexion que se podrà menar dins aquel encastre.
Un messatge recent d'Ana-Maria Poggio sus una relança d'Anem òc mòstra qu'aquel pensament es tanben lo de l'IEO. Mas, o repetam, nos es estatutàriament impossible de participar a una entrepresa que sos apeons serian de natura directament politica."

20130104

Régionaliste : j’en veux plus de ce qualificatif !

regionalistes

La décentralisation fabrique régionalistes convaincus... Mais convaincus de quoi ? Je ne suis pas régionaliste et je milite pour la dignité dans les régions de France, quelle est ma différence avec le système de la décentralisation instituée par Defferre (1982), et une vision des espaces de pouvoirs parisiens gérés par eux-même, les Occitans, les citoyens occitans en Occitanie.

La décentralisation a créée des systèmes bonapartistes en région (nouvelle provincia), mais en aucune manière des démocraties en région (comme ils disent!), pour les territoires (comme ils disent!), des fois ils disent pour les midi-pyrénéens qui est cette bête étrange née récemment dans les enquêtes d’opinions). On attend des constitutions occitane, basque, bretonne, savoisienne, alsacienne, corse, guadeloupéenne, martiniquaise, réunionnaise, kanake, polynésienne, etc. On attend toujours que la fRANCE reconnaisse son impérialisme.

Re = pouvoir, re+gion = espace de pouvoir ; on les attend ces pouvoirs qui seraient démocratiques et la réalité occitane (sur plusieurs régions administrées par les Français, régionalistes ou pas), toute la réalité, toute sa diversité, unie dans la diversité comme l’Union Européenne devrait être (éloignée aussi de la réalité de la technocratie étatique).

On attend aussi une re+lig+ion (religare, en latin), c'est-à-dire une administration de cet espace de pouvoir, une administration qui ne pense pas selon les schémas de la pensée parisienne. Ceci n'est pas une organisation de la foi, mais une vraie administration occitane qui ne pense pas seulement à avoir une LGV sur Paris, par exemple.

Donc il faut bien le marteler, je ne suis pas régionalistes, la langue occitane n’est pas une ‘langue régionale’, et je suis contre l'établissement ou la sanctification des 'frontières dites naturelles', celles des Français, celles que les Français nous ont imposées par la violence de l'État de droit divin, royal ou républicain.

20130103

Novèla de cap-d’an 2013

Putin dona la ciutadanetat a Depardieu, l’actor del cinèma qu’a pron plan aprochieichat de totes los servicis regulats per ajudar lo nacionalisme francés e lo ‘seu’ cinèma.

depardieu

Gros et ingrat !