20140130

dérives indépendantistes françaises

-« Derrière les langues, n’y a-t-il pas un risque de dérive indépendantiste? ». Ah oui, quand même…!

Il ne faut pas ridiculiser l'extrémisme français, mais le révéler tel qu'il est, la définition de La Terreur, à un moment que la définition française de Nation le fut seulement par l'expression des intégristes politiques, bretons, passés sous plusieurs bannières religieuses, et qui avaient comme projet l'annexion définitive de zone de population germanique (en majorité) ; donc il fallait avoir une doctrine d'expansion pour la définition de Nation. Cette définition est devenue linguistique, ethnique, seulement en 1992, par peur du projet européen ; l'ennemi est toujours à l'extérieur et à l'intérieur quand il parle breton ; ces théologiens de la pensée française furent de «grands linguistes», des «génis» même, selon certains intellectuels français, en expression directe et libre, encore lundi dernier, sur France Culture, à 15h00 pendant 1 heure ! Les supposé séparatistes n’ont pas droit à un programme d’histoire à leur gloire … mais nous payons les impôts pour les nationalistes d’expansion parisienne, pour qu’une caste d’intellectuels auto-sélectionnés nous manipulent, et sont payés pour cela.

Donc il y a un indépendantisme français à vouloir le seul français (article 2), mais que faire des voisins belges, luxembourgeois, de sarrland, helvétique, ne sont-ils pas français ou francophones, et revendiquant d'être à l'extérieur de l'État jacobin français ?

Donc, les français sont indépendantistes seulement depuis juin 1992 ? Ils ne sont que régionalistes d'expansion parisienne, seulement depuis ce moment ? mdr !!.

La confusion entre nation (anthropologique) et l'étiquette linguistique (français) pour déterminer un juridique lié à l'État devient un problème avec cette Charte Européenne des langues minorisées pour les régionalistes d'expansion  parisienne. Car ce sujet n'est jamais établi comme le seul problème français : pourquoi en 1992, était-il nécessaire d'introduire le français (la langue) dans la constitution ? Si ce n'est par un acte de nationalisme (régionalisme d'expansion parisienne), illusion qui n'est pas abandonnée depuis Napoleone Buonaparte.

La Charte Européenne des Langues dites Régionales n'est autre qu'un râteau dans le jardin de l'expansionnisme parisien, le jacobinus expansionium y marche dessus, et plaf ! Avec l'instrument, nous grattons le sol ou le gazon de ce régionalisme européen d'expansion linguistique de langue impérialiste française ; Et ça leur fait mal, mal à la religion d'État, principalement l'administration qui pensait avoir, comme l'armée, réglé ce problème des «dangereux extrémistes» qui parlent autre chose que la langue de l'Édit-de-Villers-Cotterêt, langue du roi, langue de la république parisienne.

Cette élite jacobine extrémiste n’en a pas encore fini de bannir les langues de son colonialisme linguistique francophone ; la Charte Européenne des Langues dites Régionales n'est cependant pas un achèvement du problème français-citoyenneté, car il y a un grand problème, éloigné de la démocratie.

Colors del nacionalisme d'expansion République Française

20140120

Souvenirs de la France

Souvenirs de la France

es la confirmacion de :

République Française 8